Skip to content

Henry « Box » Brown

(1815-vers 1879)

Né esclave en 1816, Henry « Box » Brown vécut trente-trois ans en Virginie avant de gagner le Nord des Etats-Unis, en s’enfermant dans une boîte qu’il expédia à des amis à Philadelphie (d’où le surnom « Box »). Il affirme au début du récit qu’il ne va pas dresser un tableau horrifique de l’esclavage : contrairement à d’autres, il n’a jamais été fouetté, n’a jamais été privé de nourriture ni de vêtements, n’a jamais dû s’épuiser à la tâche et n’a pas été victime d’un maître cruel. S’il hait ce système c’est parce que, malgré ces conditions relativement favorables, il fut du jour au lendemain privé de ses trois enfants et de sa femme, vendus en Caroline du Nord en dépit des promesses faites par le propriétaire de celle-ci. Après son extraordinaire évasion, Brown milita pour l’abolition de l’esclavage et se réfugia en Angleterre à la suite du vote de la loi sur les esclaves fugitifs de 1850 (Fugitive Slave Act), qui obligeait les Etats du Nord à coopérer avec ceux du Sud pour capturer les esclaves fugitifs. Il publia son récit, Narrative of the Life of Henry Box Brown, Who Escaped from Slavery, Enclosed in a Box 3 Feet Long and 2 Wide. Written from a Statement of Facts Made by Himself. With Remarks Upon the Remedy for Slavery by Charles Stearns, en 1849.

Extraits proposés:

  • Le devoir de témoigner : en ouverture de son récit, l’auteur explique pourquoi il tient à raconter sa vie d’esclave (p. i-ii)
  • Dieu est mon maître : enfant, Henry croyait que « Dieu » était son propriétaire et que « Jésus-Christ » était le fils de celui-ci (p. 16-18)
  • Mariage et esclavage : de l’impossibilité d’un véritable mariage entre esclaves (p. 22-23)